Mots-clefs

,

couverture_Le rêveur

Naftali est un petit garçon chilien, timide et distrait, qui se laisse très facilement entraîner à la rêverie : par les petits bruits de la pluie, par un escalier dont on ne voit pas le bout, par l’orage qui gronde, par un chien errant, une chaussure privée de sa jumelle…

Cela irrite au plus haut point son père qui préférerait avoir un garçon « normal », robuste et sportif. Par dessus tout Naftali aime les mots jusqu’à les les collectionner, même s’il a du mal a les dire puisqu’il bégaie. Naftali a beau faire tous les efforts dont il est capable pour plaire à son père, celui-ci se met dans des rages folles, qui le terrorisent. « Tiens-tu à rester chétif, autant dire un minable moins que rien ? » et il a beau faire, son imagination finit toujours par l’emporter aussi loin.

Quand le père s’absente pour le travail il y a des moments calmes et tendres à la maison avec le frère et la sœur de Naftali, Mamadre qui les élève toute terrorisée qu’elle est, elle aussi, par les colères de l’homme tyrannique et aussi avec l’oncle Orlando, figure masculine rassurante de ce roman. Naftali voudrait découvrir le vrai visage du père, son « gentil côté ». Il est sûr que cela va arriver quand les vacances approchent. Parce que le père a un « grand projet estival ». Malheureusement, très vite les enfants déchantent, le grand projet consiste en leur faire découvrir la natation dans l’océan, de gré ou de force. Et ce sera par la manière forte, de quoi les terroriser un peu plus.

Heureusement pour Naftali il y a les mots avec lesquels on peut jouer sans fin et toutes ses petites collections d’objets qui, dans ses mains deviennent poétiques…

couverture_Le rêveur

Cette histoire est en fait une biographie. Celle de Pablo Neruda. C’est un très beau livre écrit pour les enfants mais qui peut plaire à un très large public. On se laisse totalement emporter par les mots de Pam Munoz Ryan, par cette histoire de rêveur et par les poèmes de Pablo Neruda qui égrènent le texte.

 Myriam C.

Le Rêveur
Pam Munoz Ryan
Bayard jeunesse

Publicités