Étiquettes

,

Samedi 14 novembre… à la parution de « Des fleurs dans la ville… et dans les cheveux! », nous n’imaginions pas qu’il serait à ce point d’actualité.

Oui, habitons poétiquement le monde dit le livre!

Oui, disons « le mot sans lequel rien n’existe »* Oui, AMOUR!

Oui des fleurs partout, des fleurs toujours!
Dans nos coeurs, nos livres, nos rues, pour vous, pour nous, pour eux.

Que de fleurs sur la couverture de « il faudra »! Et toujours devant les armes!

penseedumoment_Marc RiboudAvec les mots, avec les livres jeunesse, nous souhaitons faire passer un message de paix, d’union et de résistance. Nous transmettons tout notre soutien aux familles et amis des victimes, nous ne flancherons pas.

Créer e(s)t résister !

Laura F.couverture_Le mot sans lequel rien n'existe

* Le mot sans lequel rien n’existe – Claude Clément, Sylvie Montmoulineix – Le Sorbier/La Martinière/ Amnesty international – 1996/2007

« Un oiseau blanc se pose sur un grand livre blanc ouvert sur une plage. Affamé, il dévore tous les mots qui lui plaisent au fil des pages, puis il reprend sa route. Au hasard de son voyage, il croise une terre aride où les pauvres crient famine. Voyant cela, l’oiseau ouvre son bec et lance quelques mots. Il sème liberté, justice, dignité, parole. Plus loin, le voici au-dessus d’une mégapole, avec son lot d’hommes affairés, ployant sous le poids des soucis et de la solitude. Il ouvre son bec et sème tolérance, différence, tendresse, écoute. Puis reprend son voyage. Enfin, épuisé, il vient se reposer sur la plage d’où il était parti. Le livre est toujours là : ses pages tournent au vent. C’est alors qu’il s’aperçoit qu’il a oublié de picorer le principal, ce mot sans lequel rien n’existe.
Le Mot sans lequel rien n’existe est une fable moderne avec un message fort, amené avec finesse. Les illustrations sont comme des tableaux qui nous ouvrent les portes d’un monde onirique. » source Dimedia

Publicités