Mots-clefs

,

Danse avec les choux…  Derrière ce titre énigmatique, se dévoile un beau roman d’apprentissage, bien chapitré et bien écrit. Rythmé et dansé ! ou presque…

C’est un passage compliqué que vit l’héroïne de ce roman, un passage comme on en traverse beaucoup dans la vie… Les barbies remisées au placard depuis longtemps, on rencontre Suzanne propulsée dans l’univers de la danse, un jour d’anniversaire grâce à un livre… elle y prend goût jusqu’à présenter le concours d’entrée à l’école Garnier. La lettre d’acceptation arrivée, Suzanne doit quitter son école bourguignonne, sa famille et ses amis pour rejoindre Nanterre où l’attendent bien des aventures !

Anaïs Sautier écrit là son troisième roman. Elle aborde de nombreux thèmes : la danse, le pensionnat, l’amitié, la famille, le respect et la confiance en soi. Dès les premiers chapitres, l’auteur plonge dans le vif du sujet, projette son lecteur au côté de l’héroïne, rythme la lecture de multiple rebondissement… Suzanne va de péripéties en situations cocasses ! C’est réussi, le lecteur est capté par son énergie débordante.

Suzanne, dix ans, n’est plus un bout de chou sorti d’une rose… non elle 1485699262517danse « La mort du tutu » pour le gala du conservatoire et se bat pour intégrer l’école Garnier. Elle se trouve à la charnière, l’âge de quitter l’enfance, de se confronter à la vie, de faire ses preuves à grands pas… euh… pointes ! Avec son caractère bien trempé, on ne doute pas qu’elle réussisse… malgré les obstacles, entre les mesquineries des camarades de dortoir et les punitions parentales. Suzanne prend en main son destin… L’héroïne est également bien campée dans une famille soudée, dont elle ne se sépare jamais vraiment, même une fois à l’internat. Pas farouche, elle va aussi savoir se positionner, entre humour et dérision. On s’attache très vite aux personnages…

Le parti pris du roman est d’ailleurs là : la force des protagonistes face à la difficulté des apprentissages humains. Seulement, l’univers de la danse est si peu mis en avant… quel dommage ! L’esprit de groupe (la « formation ») est bien présent ; simplement, font défaut quelques descriptions des corps, des gestes, des ballets… On y retrouverait la force du mental dans les corps élancés. On aurait aimé voir se dévoiler la puissance et la beauté des gestes…. dans cette danse avec les choux.

Certes, dans le lexique en fin d’ouvrage, quelques termes usités dans le récit, comme la « mort du tutu » inspiré de la mort du cygne de Saint-Saëns, expliquent un brin le monde de la danse, mais également celui des réseaux sociaux, et aussi les célébrités… qui ont été anonymisées tout du long. Ainsi Romu Millorteil marié à Valeri Porthom sont respectivement Benjamin Millepied et Natalie Portman… à la longue, cela est un peu lassant, laissant un goût amer de … choux peut être.

product_9782070612529_244x0Ce roman a une force, un quelque chose qui fait que l’on ne le lâche pas… Il est très travaillé, très riche de références, jusqu’aux titres de chapitre rappelant des titres de films… C’est drôle… On peut aussi beaucoup penser à Billy Elliot, le film ou le livre, de Melvin Burgess… où le jeune déploiera une telle vigueur aux grands jetés et une belle sensibilité pour les exercices à la barre… et … Bon, ne réfléchissons pas trop non plus, pas de prise de chou… juste se laisser… danser !

Danse avec les choux
Anaïs Sautier
École des loisirs, Neuf, janvier 2016, 8€50

Billy Elliot
Melvin Burgess
Gallimard, Folio junior, mars 2007, 6€20

Laura F.

Publicités