Étiquettes

C’est une belle surprise que ce roman de Nanci Turner Steveson, certes assez grave dans ses thématiques (il y est question en effet de lourds secrets de famille)… un roman, tout en délicatesse et en suspension, d’où l’image de la balançoire dans le titre qui suggère également l’idée de l’échappée et de l’envol.ouverture_Une balançoire pour deux

Ce texte est surtout et avant tout l’histoire touchante d’une amitié qui se tisse entre deux jeunes adolescentes au caractère sauvageon, que la vie n’a pas vraiment épargnées, au cours d’un été hors du temps et des contraintes quotidiennes.

C’est un récit qui sent la framboise et le maïs grillé, où l’on l’on part à la recherche de poneys pour tenter de faire revenir à la ferme familiale la mère absente de l’une et d’oublier celle de l’autre, trop envahissante, où l’on grimpe aux arbres et défie la nuit pour nourrir un chien blessé, où l’on court pieds nus et rit de bon cœur…

Un été empli d’aventures en apparence innocentes, pour se découvrir, grandir et poser temporairement un voile sur la terrible vérité qui viendra s’abattre sur les personnages et le lecteur au terme du roman.

C’est fort, très fort et d’une justesse bouleversante. Un grand, grand coup de cœur !

Karine C.

Une balançoire pour deux
Nanci Turner Steveson
Pocket Jeunesse, octobre 2017, 15€90
à partir de 12 ans