Étiquettes

Voici un livre qui en a ! Elle a dit non ! ne mâche pas ses mots. Ce texte est paru une première fois en 2009 sous le titre La joue bleue. Sélection finale du Prix Sorcières 2010, catégorie Premières Lectures, il est réédité dix ans plus tard, avec le soutien d’Amnesty International. Et nous, on dit oui à ce livre !

L’histoire se déroule à la période de la Préhistoire. Homo brutus et Femme sont en couple mais lui, n’est jamais bien satisfait par sa compagne qu’il a confinée aux tâches ménagères et à la cuisine. Un jour, Femme fait savoir à Homo brutus qu’elle veut s’instruire, apprendre une autre langue, l’aider aussi à chasser mais cela ne plaît pas à ce dernier qui ne sait lui opposer d’autre réponse qu’un coup au visage qui bleuit sa joue. Elle lui pardonne, après s’être convaincue que le geste violent de Homo brutus a été déclenché par sa faute.

Puis vient l’Enfant. Mais le compagnon continue de frapper Femme qui un jour décide de se rebeller et de ne plus accepter d’être violentée. Elle quitte la grotte familiale avec son petit pour se mettre en sécurité et après avoir en vain cherché de l’aide auprès de divers individus qui ont minimisé à chaque fois la gravité de sa situation, elle se retrouve enfin accueillie dans un campement où les Hommes la respectent et où elle peut s’épanouir sans risquer de se prendre des coups. Homo brutus retrouve Femme, cherche à la reconquérir, promet de ne plus lever la main sur elle mais elle ne cède pas. Elle permet à l’Enfant, malgré la séparation définitive de ses parents, de voir son père qui lui transmet les rudiments de la chasse, en échange de quoi il lui révèle que l’agression physique ne peut occuper aucune place dans la grande affaire de l’amour…

On saluera ici le courage de l’éditeur à aborder le sujet difficile des violences conjugales qui fait écho malheureusement à trop de faits divers contemporains relatés par les médias. C’est avec beaucoup de finesse qu’Hélène Leroy déroule cette histoire familiale. En la plaçant dans un temps éloigné du nôtre, elle ne confronte pas directement le jeune lecteur à la brutalité des situations vécues par le personnage féminin mais elle ne les édulcore pas pour autant : elles sont suffisamment concrètes et claires pour que l’on comprenne, même enfant, que cela pourrait tout aussi bien se dérouler de nos jours. La délicatesse des illustrations à la peinture de Sylvie Serpix servent le propos avec beaucoup de justesse.

L’éditeur a fait le choix de destiner le texte à des lecteurs débutants. On ne fait jamais prendre conscience assez tôt de la terrible réalité de ce que peut être la violence dans un couple, certes. Néanmoins, Elle a dit non ! mériterait que le jeune enfant qui entre dans le récit soit accompagné par un adulte pour que lui soient explicités ellipses et sous-entendus et surtout que puisse s’engager une discussion.

Karine C.

Elle a dit non !
Hélène Leroy et Sylvie Serprix
Talents Hauts (livres et égaux), mars 2019, 7€