Étiquettes

,

En préambule de BD 2020, année de la Bande Dessinée, l’équipe de la Médiathèque de Francheville a imaginé et produit l’exposition « Camille Jourdy, tu parles d’une vie !» qui présente de nombreuses planches originales, dessins inédits et carnets de Camille Jourdy, nom incontournable de la Bande Dessinée francophone contemporaine.

Parcourir quinze années de création d’un artiste permet de faire apparaître des passerelles entre les œuvres, de révéler des thèmes et motifs récurrents dans son œuvre. Ainsi, ici, contrairement aux expositions précédemment consacrées à Fred Bernard ou Emmanuel Lepage, point d’aventures lointaines, si ce n’est celles dont les personnages de Camille Jourdy. Ce qui prime, c’est le réel, le quotidien et la vie de gens simples qu’aime observer cette artiste. Tout « en basculant en même temps dans une sorte de folie, de zone d’ombre, décalage excitant et inquiétant… »

Camille Jourdy est née en 1979, dans un environnement familial où la créativité artistique est présente, à l’image de sa grand-mère graveuse sur bois dont une œuvre ouvre l’exposition. Ses lectures d’enfance, comme les livres de l’illustratrice Gerda Muller par exemple, continuent à l’accompagner, tout comme les films et dessins animés qu’elle convoque avec malice dans ce dessin devant lequel de nombreux visiteurs de tout age se sont longuement arrêtés depuis le début de l’exposition.

Elle pratique assidûment le dessin jusqu’à intégrer l’École des Beaux-Arts d’Épinal, où, son projet de fin d’études en 2003 prend la forme d’une bande dessinée, Une araignée, des tagliatelles et au lit, tu parles d’une vie ! qui sera publiée dès 2004. Un autre projet de fin d’études, cette fois-ci à l’École des Arts décoratifs de Strasbourg, donne naissance à une autre bande dessinée qui révélera Camille Jourdy : Rosalie Blum, publiée chez Actes Sud BD entre 2007 et 2009.

«Une atmosphère discrètement fantastique que je ne recherche pas vraiment mais qui arrive d’elle-même. Je suis spontanément attirée par ce mélange entre réalité et surnaturel… ». Ainsi, une planche de Camille Jourdy peut débuter dans un environnement urbain avant de basculer dans une ambiance fantastique et mystérieuse. Un fantôme peut aussi s’inviter en arrière plan d’un portrait…
La technique employée par l’artiste peut elle-même donner cette impression d’irréel, notamment lorsque les contours encrés des planches rehaussées à l’aquarelle disparaissent pour laisser place à la gouache et à son absence de contour. Le réel s’évapore alors et le rêve s’installe tout comme cet homme déguisé en loup, animal on ne peut plus symbolique et présent dans les contes, jaillit dans le jardin de son amante dans ce somptueux dessin.

Une araignée, des tagliatelles et au lit ! , son premier livre, est d’ailleurs d’autant plus attachant que l’artiste y affirmait, en préambule de son œuvre future, la puissance de l’imagination et cette aspiration à une vie plus intense que l’on retrouvera dans ses livres postérieurs. Les personnages en effet, s’y cherchent , ne sachant pas trop comment s’évader de ce quotidien dans lequel ils s’éteignent peu à peu. L’inattendu et l’inhabituel ne surgiront dans la vie de Vincent Machot que lorsqu’il se mettra à suivre Rosalie Blum dans la rue. Et, après cette première filature, s’il se dit «amusé, intrigué… en fait j’étais très excité. », c’est aussi la première fois que l’on voit un large sourire se dessiner sur son visage.

S’ils se cherchent eux-mêmes, les personnages de Camille Jourdy se cherchent aussi les uns les autres, n’arrivant souvent pas à communiquer entre eux, à exprimer leurs sentiments les uns envers les autres. La grand-mère de Juliette, n’évoquera avec elle un pan crucial de l’histoire familiale, uniquement quand elle sera libérée par la maladie d’Alzheimer du poids des conventions sociales, du secret, des non-dits…

Cette exposition montre aussi a quel point la représentation de l’enfance a une place très importante dans le travail de Camille Jourdy. Ainsi, Les Vermeilles, dernière parution de l’artiste, est une ode à l’enfance, à l’imagination sans limite des enfants, mais aussi une évocation très juste de tous les états d’esprit de l’enfance : la colère, le jeu, la tristesse, la peur, la joie de retrouver ses parents, tout en traversant des épreuves pour grandir, à l’image d’un récit initiatique.   Vermeilles, récit qui se termine par cette invitation en comptine à rejoindre le pays des Vermeilles, même adulte pour donner libre cours à son imagination, sans jamais perdre le don d’être émerveillé, tout comme Camille Jourdy…

Xavier Hervot.

Vermeilles
Actes Sud BD, octobre 2019, 21€50

Rosalie Blum, 3 tomes
Actes Sud BD, 2007 à 2009,18€

Une araignée, des tagliatelles et au lit, tu parles d’une vie !
Drozophile, novembre 2011, 24€

Pour contacter la médiathèque de Francheville
mediatheque.mairie-francheville69.fr
tél. 04 37 23 68 37