Étiquettes

Esther Andersen

Ester Andersen est un livre de grand air. C’est aussi le livre de tous les débuts. Début de l’été, début des grandes vacances, premiers émois amoureux…

Arrivé chez son oncle, un jeune garçon sillonne la campagne et retrouve les repères familiers de son enfance, alors même qu’il en franchit le seuil.

Avec une maestria folle et une économie rare, Thimotée de Fombelle décrit le sentiment de liberté, la jouissance et l’ivresse des explorations sans fins. Irène Bonacia, quant à elle, s’inscrit sans faiblir dans la lignée d’un Sempé. Combinant le dessin au trait et l’aquarelle, elle rend la légèreté grave des moments avec délicatesse, lumière et sobriété. Pour couronner l’ensemble, la majesté du format à l’italienne sert le propos : la mer à perte de vue, le ciel étoilé sur une double page… On est ébloui, de bout en bout !

À quoi voit-on que l’on grandit ? À la monture d’une bicyclette qui allait encore trop petite l’année dernière ? Au regard qui réclame plus d’horizons ?
À l’évidence, avec Esther Andersen, grandir a un goût d’immensité. Et ne se fait pas sans bouleversements. Un livre magnifique pour faire rêver petits et grands, dès 6 ans.

Myriam G.

Esther Andersen
Timothée de Fombelle et Irène Bonacia
Gallimard jeunesse, juin 2021, 24€90